Serendipity Première

Pour vous emmener avec moi dans mes pérégrinations au bout du monde et partager mes humeurs, mes doutes, mes joies, mes surprises et mes éclats de rire et puis... vous donner des nouvelles, prendre des photos, partager mes gueules de bois... et caetera.

02 juin 2006

Zut de zut

filles_pluieJe suis encore en retard ! Hier je m'étais promis d'écrire un billet sur un des articles du Elle de cette semaine découvert gâce à l'excellent "Mon blog de fille" .  Mais j'ai pas trouvé le Elle, j'ai sans doute pas bien cherché c'est vrai mais c'est-à-dire qu'avec ma Juju on n'a pas arrêté de discuter donc on n'a pas vraiment eu l'esprit à regarder tout autour de nous... Mais je vais me rattraper, je vais me ratrapper, promis!
J'en profite d'ailleurs pour dire que Julie elle était là dimanche. Je le dis parce que sinon elle va bouder et comme je ne souhaite pas qu'elle boude. Mais c'est normal aussi que je ne l'ai pas mentionnée ! Elle fait partie de la famille désormais, à la maison elle est comme chez elle et même la puce ne s'étonne plus de la retrouver avachie sur le canapé pour lire une B.D. (enfin quand je dis avachie, c'est juste une expression hein...).
Donc je vous laisse avec encore une fois des promesses : un billet sur l'actualité ahurissante de ces derniers jours et un autre sur mes nouvelles expériences culinaires (j'ai encore une fois pas eu le temps de prendre des photos, argh!). En attendant je vous mets de nouveaux liens (Maman, les liens ce sont les noms d'autres blogs que tu peux aller voir en cliquant dessus ;-).

Posté par Seren à 10:14 AM - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 mai 2006

La rencontre

mozartUn week-end presque ordinaire, presque parce que dimanche mon amoureux avait invité trois amis (et pas n'importe lesquels!) et leurs petites femmes et moi, hé bien moi,  j'étais dans mes petits souliers. Mais commençons par le début...

Samedi matin, après le petit dodo de récupération, les courses. Un bon repas ne s'improvise pas donc liste dûment préparée la veille et hop me voilà armée de mon stylo dans les grands rayons d'un non moins grand magasin, ah que je les aime ces hypermarché, rendez-vous de la beauf attitude et du râleur professionnel... je parviens non sans mal à trouver mon bonheur et rentre à la maison les bras chargé avec pour mission de nettoyer mon frigo et d'y ranger tout ça... à peine fini c'est déjà l'après-midi, alors on file à la dédicace d'une B.D. fruit de la bande à Charlie. Je la découvre en magasin et je me mets à glousser devant les créateurs, très drôle... et puis hop je file abandonnant mon cher et tendre et notre visiteuse américaine pour filer prendre soin de moi une demi-heure avant de rentrer épuisée nous mitonner un petit plat pour nous redonner un peu de vigueur... il est vingt heures trente, je sais que je n'irai pas fêter les noces de plume d'une amie pacsée, je suis bien trop fatiguée, pas grave me dis-je, je les inviterai à dîner... pourtant le sommeil me boude alors ni une ni deux je me mets aux fourneaux.
C'est que j'aime ça moi, couper, cuisiner, mitonner, mijoter, goûter, savourer, saliver... sur mon  petit cahier de recettes il y a un petit mot qui dit "Je réalise un acte poétique" et c'est vrai... La vérité c'est que quand Coline ferme les yeux pour dire "Hum, c'est bon, on lui met A++ à cette recette!", quand mon homme me regarde en souriant juste comme ça parce que c'est bon, quand mes amies rieuses se vautrent dans le plat en sauçant avec un bout de baguette fraîche affirmant "Oh la la, je devrais pas !" et bien j'ai bien l'impression qu'il existe l'acte poétique. Parce que l'espace d'un instant il y a un plaisir tout simple, un bonheur léger, un truc qui nous éloigne du quotidien.
Donc me revoilà dans la cuisine après une bonne nuit de sommeil à huit heures, un dimanche matin, encore un petit tour par la boucherie et tout sera presque prêt, ça tombe bien les invités ne vont pas tarder... A défaut d'avoir pris le temps de prendre des photos, je ne peux que vous lister les délices de ce fabuleux dimanche...
Après les broch'tinettes de tomates cerises, carrés de comté et fines tranches de surimi, place à l'entrée. Une seule assiettet_diamants_3 pour trois saveurs : une première verrine de petites crevettes dans une soupe de concombre, une seconde, superposition de boudin noir poêlé, de compote de pommes et de fine chapelure de Spéculos, le tout accompagné d'une fine tranche de cake aux olives et à la dinde. Suivent les coquilles St Jacques à la nage servies avec des céréales et des légumes cuits au four, le tout napée d'une sauce à peine crémeuse. La salade de mâhc fait alors sa belle accompagnée d'un plateau de fromage (il était coulant le camenbert, miam!) garni de poires comices. L'assiette de dessert a attendu un peu avant de se montrer : verrine de mousse au chocolat, verrine (encore) de lacté aux fraises et au mileu d'elle un gros diamant (euh c'est un gâteau genre sablé...). Inutile de vous dire que les nectars rouges et blancs furent nos complices tout au long du repas qui fut bien bon ma foi...

Les mets furent certes savoureux mais plus encore ce moment partagé à se connaître. "Enchantée" c'est ce que j'ai souvent pensé pendant cette journée.
                                                                                                           Photo empruntée à l'excellent blog Station gourmande
                                                                                                                                               la recette des diamants vient aussi de là !

Posté par Seren à 11:06 AM - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 mai 2006

A l'heure où...

amnesty
A l'heure où je vous écris, à l'heure où certains se couchent et d'autres rient, il est une centaine, un millier peut-être, de femmes qui pleurent, qui crient, qui souffrent. Pour elles, parce que les mots me manquent et qu'honnêtement je ne sais pas quoi faire d'autre pour améliorer leur sort : ces quelques lignes.
Il y a quelques mois paraissait un rapport d'Amnesty International, intitulé Les violences faites aux femmes en France. Une affaire d'Etat. Je l'ai lu, j'ai eu mal et, pourtant, la situation des femmes en France est loin d'être douce. Comme à mon habitude, pour continuer à vivre, à sourire, parce que mes épaules sont trop frêles et mon coeur souvent trop sensible, j'ai laissé ce rapport sombrer dans l'oubli qui préserve, jusqu'à ce soir... En ouvrant mon courrier éléctronique, j'ai trouvé ce message:


COLLECTIF FEMININ-MASCULIN

Lycée jean Macé

34, rue Jules Ferry
94 400 Vitry-sur-Seine
feminin-masculin@wanadoo.fr

 

 

Une jeune fille de 19 ans, habitant le quartier du Fort à Vitry, scolarisée au Lycée JJ Rousseau, a été égorgée le lundi 15 mai 2006 par son fiancé avec lequel elle ne voulait plus se marier. Elle préparait son bac, elle était joyeuse, active, appréciée de tous.

 Nous disons à la famille tout notre émoi, notre peine, notre bouleversement. Cette jeune fille est l’une d’entre nous, nous sommes toutes et tous en deuil.

 

Nous voulons dire aussi notre solidarité

 Nous nous sentons tous-tes interpellé-e-s car la violence au sein du couple est un problème de société. Une étude récente montre qu'en France, une femme meurt tous les quatre jours sous les coups d'un conjoint ou d’un petit ami. Une femme n’est pas la poropriété privée d’un homme.

 

Trop de femmes et de jeune-filles sont battues, assassinées ou menacées de l’être, pour n’avoir pas voulu obéir à un homme, ou pour avoir voulu le quitter ou pour ne plus l’aimer.

Cela s’appelle trop souvent « crime passionnel » ou par possession. Nous refusons cette appellation qui n’est qu’une excuse à des crimes sexistes. Il faut que cette idée qu’on puisse tuer une femme « par amour » devienne inacceptable un fois pour toutes. Le collectif Féminin-Masculin s’engage une fois de plus à tout mettre en œuvre pour faire reculer une façon de penser et d’agir qui participe à l’oppression des femmes, dans toutes les sociétés et dans tous les pays.

 

Nous appelons toutes et tous les vitriots à participer à la marche silencieuse que sa famille et ses ami-e-s organisent le dimanche 28 mai à 14h au départ de l’esplanade de la Mairie.

 

Le Collectif Féminin-Masculin de Vitry

MARCHE SILENCIEUSE


POUR DATOU



DIMANCHE 28 MAI à 14H

 

DEPART : ESPLANADE DE LA MAIRIE DE VITRY


Vitry-sur-Seine, c'est là où j'ai appris mon métier, là où j'ai découvert une autre réalité : celle de mes élèves, celle de ses gamins auxquels je me suis attachée, celle de ces ados qui iront bientôt au lycée. Ce soir je suis triste de voir que la violence aura une fois encore gagné, de manière irrémédiable, sur les mots/maux. Ce soir je suis écoeurée de voir qu'on peut ôter la vie comme ça, pour ça. Ce soir je me demande où tout ça finira.

Posté par Seren à 10:37 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 mai 2006

Artiste chocolatière

toile_vd_d1

 Elle, c'est une romantique, une femme sortie tout droit d'un film de princesses, qui a décidé de nous faire rêver. Alors à l'heure où les magazines sortent leurs éternels régimes miracles supposés nous rendre heureuses en même temps que belles, visiter l'atelier de Virginie Duroc-Danner c'était une découverte, un plaisir, un bouleversement.

le_livre_des_merveillesDepuis quatre ans, cette passionnée passe près de quinze heures par jour à inventer, perfectionner, mettre en beauté de petits morceaux de paradis. L'histoire a commencé par la fabrication maison (ça se passait dans sa cuisine) de chocolats que Virginie trouvait certes délicieux mais nus, tout nus ! Alors ni une, ni deux, elle décide d'explorer le monde de la confection chocolatée. Faisant fi des difficlutés titanesques que comportent un tel dessein, elle s'arme de patience et travaille sans relâche à créer pour ces petits bouts déshabillés les plus belles parures qui soient. La route est longue et semée d'embûches car l'alchimie chocolat-couleur est une chose alambiquée. Qu'importe, la grande Dame des Chocolats multiplie les expériences, va jusqu'à vendre son appartement pour investir davantage encore et... réussit.

Chaque année désormais, une nouvelle collection prend corps dans un atelier perdu au coeur de Rueil-Malmaison. A l'entrée,4 un  simple "VDD Very Décontractée Décontractée" vous accueille, mais ne vous y trompez pas, cette virtuose est aussi une perfectionniste acharnée. Il suffit de pénétrer dans son laboratoire pour s'en rendre compte. Dans une variation de roses courant du sol au plafond tout a été pensé avec minutie, même les coccinelles courant sur la porte d'entrée et les étiquettes des rayonnages sont assorties ! Au milieu Princesse Virginie fait tourner robots et fontaines de chocolat et compose ses symphonies du bout des doigts.

On connaissait les défilé haute couture, place désormais aux défilés chocolatés !

rencontre1Dans notre paquet, elle avait disposé de savantes compositions aux noms évocateurs. Ainsi Hasard, Délire, Prélude, Caresse, Prudence, Chance, Pulsion, Volupté, Ravage, Evasion, Trahison, Folie et Frisson ont chacun provoqué dans mon palais des explosions de douceur, de passion, de déraison.  Deux cependant m'ont ému davantage encore... le premier c'est Révélation car sa beauté égale la surpise à sentir couler le subtil accord caramel cassis ; le second  c'est Rencontre, un coeur de caramel au beurre salé  et de chocolat au lait, un instant volé au temps, une merveille de goût jamais encore égalée, une finesse dont je ne me remets toujours pas.

Maintennant en tout cas je le sais, c'est chez Virginie Duroc Danner que j'irai chercher mes chocolats.

Posté par Seren à 03:40 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mai 2006

...

avatar_jnvp
être malade !

Posté par Seren à 11:36 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]